logo




titre du film
Le CD DTS possède une piste audio encodée en DTS 5.1 Plein-Débit Audio (1234 Kbps) sous 20 Bit et 44.1 Khz. La durée totale de l'album est de 55 min 55 sec. Le label DTS Entertainment édite ce CD.

NOTEZ LA PISTE DTS:

Love Scenes (Diana Krall)

1. All Or Nothing At All
2. Peel Me A Grape
3. I Don't Know Enough About You
4. I Miss You So
5. They Can't Take That Away From Me
6. Lost Mind
7. I Don't Stand A Ghost Of A Chance With You
8. You're Getting To Be A Habit With Me
9. Gentle Rain
10. How Deep Is The Ocean (How High Is The Sky)
11. My Love Is
12. Garden In The Rain

 

Un album aux sonorités jazzy très suaves qu'il importe de découvrir en son multicanal pour en apprécier et en ressentir chaque micro-nuance.


Retour à la liste des tests »

 


Le Son

Un album littéralement délicieux, brillant et très imagé d'un point de vue sonore ou plutôt acoustique. Car en effet, c’est bel et bien d’architecture sonore dont il est question ici, construite par une voix délectable, suave elle aussi, comme satinée. Love Scenes est construit sur des airs Américains très connus. Le rythme et le tempo sont lents, mais très rythmés, et la voix de la chanteuse traverse l’espace davantage qu’elle ne le remplit. Comment mettre en scène une formation réduite (chanteuse, et deux ou trois musiciens tout au plus, avec piano et basse) dans un espace sonore que l’on devine être une grande salle vide ? De la manière la plus naturelle : en captant les échos et les réverbérations du lieu alors envahi par la voix de la chanteuse et les accords très précis de la formation. S’il fallait résumer l’effet produit, nous pourrions fort bien parler d’intimité spatiale.

Découvrir Love Scenes en multicanal revient à re-imager et finalement à reconstituer ce qui a été : quelques instants musicaux éclatants, chauds, tempéré, précis et presque fantomatiques. Sur I don’t Stand a Ghost of a Chance, la voix de Diana Krall prend possession de l’espace et les musiciens sont parfaitement détachés et en phase avec son phrasé verbal. Calme, serein, cet album respire la musicalité exacerbée. La bande-son DTS joue son rôle de captation de l’espace acoustique, et mérite bel et bien cette dénomination plus noble, substitut du plus terre à terre ‘piste son’. Chaque émanation qu’elle soit musicale ou vocale pénètre l’enregistrement, et nourrit le lieu. Il était donc important de conserver cette assise des sons qui se définit avant tout par la brillance et l’intégrité sonore des instruments, puis par le pouvoir de recouvrement de la voix de la chanteuse.

On louera donc les vertus audiophiles de cet enregistrement qui s’applique à recréer plutôt qu’à créer un climat. La véracité des timbres n’est jamais prise à défaut, et la clarté des phrases sonores est très mise en avant dans ce CD DTS. Aucune limitation de la réponse en fréquence n’est à noter. Celle-ci est douce et ‘timbrée’ : les lignes de basses sont claires et réelles, jamais hypertrophiées, et la précision de la voix de Diana Krall a été enregistrée avec soin et respect. Les valeurs dynamiques restent très surprenantes finalement pour un album très chanté, en mettant en forme de manière naturelle les variations de souffle ou les nuances d’orchestrations. Les paroles coulent à flot, avec une touche satinée et une finition presque laquée. Le caractère de la bande-son est plutôt chaud et aéré, vivant en somme. L’écoute multicanal ne spectacularise pas l’album mais lui redonne un gonflement et une tessiture absents de l’écoute stéréophonique principalement en aérant l’espace et en jouant sur toutes les réfractions. Un phénomène d’écho se matérialise la plupart du temps. Il pourrait fort bien gêner au début, mais l’auditeur s’y habitue aussi bien vite. Il redonne en ce sens un souffle vital à une partition et à des paroles qui du coup gagnent en immédiateté et en émotion psycho-acoustique.

La fidélité est parfaite : les instrument sonnent vrais avec leur propre couleur sonore. Ils occupent surtout l’espace de manière parfaitement holographique et mobilisent l’attention auditive d’une bien divine manière. Clair, chaud, et très suave, cet enregistrement fait montre d’une belle intégrité et constitue par la même un petit modèle d’efficacité quant à la captation, l’enregistrement et l’encodage multicanal d’une petite formation de jazz. Le codage DTS se montre très HiFiste et ne semble jamais pris à défaut. Au contraire, il harmonise le phrasé vocal et maintient intact toutes les nuances des couches sonores, en restituant jusqu’à l’air de la salle d’enregistrement, nid de micro-informations musicales, qui ne disparaissent donc pas lors de la compression. Une harmonieuse Fidélité multicanale ! Attention: on y succombe bien vite...


Note DTS
Note DTS
Note DTS
Note DTS
artistique
dynamique
fidélité
scène multicanale

Note Globale

© 2003 - Revolusound.com
. Tous les logos et diagrammes qui apparaissent sur ce site sont la propriété
unique et exclusive des marques / sociétés citées. Leur présence sur ce site n'est qu'illustrative, et n'est soumise
à aucune forme de contrat. Pour toute donnée supplémentaire sur DTS, merci de consulter
le site officiel: www.dtsonline.com.