logo




titre du film

Le DVD-Audio possède une piste audio encodée en DTS 5.1 (1509.75 Kbps environ) sous 24 Bit et 48 Khz. La durée totale de l'album est de 59 min. Le label DTS Entertainment édite ce DVD-Audio. Une piste MLP 5.1 (48 Khz 24 Bit) est également présente, et une encodée en PCM Stéréo (sous 16 Bit et 48 Khz)




1. Section 11 (A Long Day Continues/We Sound...)
2. Section 12 (Hold Me Now)
3. Section 13 (Diamonds/Mild Devotion To...)
4. Section 14 (Two Thousand Places)
5. Section 15 (Ensure Your Continues/We Sound...)
6. Section 16 (One Man Show)
7. Section 17 (Suitcase Calling)
8. Section 18 (Everything Starts At The Seam)
9. Section 19 (When The Fool Becomes A King)
10. Section 20 (Together We're Heavy)

Production: Eric Drew Feldman, The Speekers
Mixage 5.1: Frank Filipetti
Mixé aux Studios Right Track Recording, New York
DVD produit par Jeff Levinson
Encodage DTS: Ronnie Katz
Directeur Créatif: David Del Grosso

 


Une écoute aventureuse, particulièrement relevée, en 5.1... c'est du moins ce que promet le communqiué de presse. Le second album des Polyphonic Spree, baptisé "Together We're Heavy" fut disponible depuis juillet 2004 en version stéréo. Cet album a été accueilli comme un authentique chef d'oeuvre d'inventivité pure qui n'hésite pas à brasser des références aussi diverses que David Bowie, les Beatles, mais oscille aussi de Pink floyd aux Beach Boys. Le groupe, composé de 24 membres, rayonne depuis leur Texas natal et ouvre une toute nouvelle voie pour la musique contemporaine. Initié par l'ex chanteur de Tripping Daisy, Tim DeLaughter, le groupe se veut une expérience sans cesse renouvellée, articulée autour de la vision d'un seul homme et du talent de deux douzaines de chanteurs qui propulsent le groupe en avant. Le son du groupe est en évolution constante, même si il est souvent résumé sous le terme de "groupe pop symphonique et choral". Plus connu pour leur concerts où le groupe défile vêtu de longues robes et s'agitant comme des s'ils étaient venus d'un autre monde, les Polyphonic Spree intègrent des trompettes, des trombonnes, de la harpe, du cor, des flutes, des guitares, des pianos et une chorale à dix voix, en plus de celle de Tim DeLaughter.

Sucré, rayonnant, coloré et très inspiré, l'album se veut très agréable à l'écoute et incite à en découvrir plus sur ce groupe inconnu dans nos contrées. Une célébration collective de la musique, une eucharistie de sensations à mi chemin entre musique pop, rock et chorale. Inqualifiable et très surpenant. Une découverte multicanale qui s'impose !

 

SUPPLEMENTS

A noter qu'aucune recherche rapide en avant ou en arrière n'est possible lors de l'écoute en DTS, contrairement à la piste MLP...

• Un remixage exclusif en 5.1 de l'album, comportant dix plages
• Deux versions de "Light & Day", présentées en 16/9
• Une piste spéciale "Mix Breakdown" de "Hold Me Now"
• Des galleries de photos et la biographie du groupe

Site officiel de l'album
Site officiel du groupe


Retour à la liste des tests »

Le Son

Commençons par un regret nullement dirigé à l'encontre de cet album: si seulement les bandes-sons de nos films favoris pouvaient avoir la même subtilité de timbre, la même plénitude acoustique... L'écoute de cet album venu d'ailleurs et complètement inconnu dans nos contrées procure une sensation d'apaisement, de douceur et de perfection peu communes tant ses mélopées ont été enregistrées et mixée par des doigts qui ne peuvent qu'appartenir à des fées. Together We're Heavy ne suscitera pas le rejet, mais oeuvrera chez vous à ouvrir votre salle d'écoute de manière spectaculaire car rares sont les fois où la notion de performances d'ensemble a joué un rôle aussi identitaire dans la définition d'un groupe de musicien. Ferment de l'harmonie et garant de la cohésion, l'intégralité du groupe s'offre ici à l'écoute, et ce mixage multicanal ne minimise jamais, à aucun moment, un "corps" au profit d'un autre. Tous sont des fédérateur acoustiques et bâtissent un véritable temple sonore particulièrement étagé et évocateur. Impossible en effet de parler de son choral tant le groupe se refuse aux identifications faciles: cela reviendrait à réduire la dimension et les potentialités de cette formation collectivement réussie. D'apparence choral, il repose aussi sur des trompettes, de la harpe, des pianons, du cor etc etc... La dernière plage de l'album procure une sensation d'harmonie multicanale innée, immédiatement acquise, tout comme le reste de cette production des plus parfumées.

Le mixage, réalisé dans des conditions luxueuses, met en avant une superbe qualité des matériaux source qui, associés à de délicates figures de style en 5.1, procurent un plaisir d'écoute profondément audiophile, dominé par la fluidité sans faille du haut du spectre audible, et des médiums enchantés lorsque le choeur se manifeste. Manifestation est d'ailleurs le terme clé. Les choeurs ne sont pas simplement incrustés dans la chair de la musique. Ils la font exister et matérialisent une aura puissamment rayonnate en régime multicanal. Les deux douzaines de chanteurs présents n'alourdissent jamais la scène sonore, mais participent à sa solidification, à son essor. La plage 3 par exemple est en soi une représentation parfaite de l'équilibre des timbres et des chants, de placement des instruments sur une large scène holographique qui semble s'étirer vers un infini acoustique. Rares sont les albums où s'étagent si bien ses nappes sonores: chacune d'elles est clairement identifiable parmi les autres, et toutes s'imbriquent dans un tissu sonore des plus nourris, des plus polyvalents aussi puisqu'il ne cesse de changer de forme sonique, de s'incarner de manière différente. Par ailleurs, la définition, autre pierre de l'édifice multicanal, (puisqu'il n'y a pas que "l'éclatement" sur six canaux qui met en avant l'avantage du son multicanal) est absolument pimpante de précision et d'éclat.

Cohérence et cohésion dominent un environnement sonore de tout premier ordre: la prise de son a bénéficié de soins détaillés et permet d'assoir la dynamique de chaque instrument et de chaque phrase chantée sur une scène sonore très large, très réelle et palpable. La trompette sur cette même plage 3 se matérialise hors de la sphère d'écoute d'ordiniare décelable, vers une zone audio éthérée, sur la bande droite de votre auditorium, à mi-parcours entre la frontale droite et la surround droite. Notez à quel point son pouvoir d'évocation a été relevé et avec quelle facilité le son transperce l'espace de représentation. Sa finesse est cristalline et sa gamme dynamique ne cesse de la rapprocher de la réalité au point d'en dire long, finalement, sur le micrphone ayant servi à la prise de son en studio.

La dimension orale et chorale n'est à aucun moment prise en défaut. La prise de son optimisée de la masse, du coeur du groupe réalise des merveilles de transparence et de 'granulation', élément primordial lors dela prise de son de voix naturelles. Le naturel confondant de cette prise de son et du mixage 5.1 présenté ici sont tout bonnement foudroyants de qualité et renversants de profondeur. Le groupe existant de manière large et cossue (24 personnes obligent, plus les instruments), on aurait pu s'attendre à une disposition trop dense lors du mixage, du fait du nombre élevé d'intervenants.Or, il n'en est rien: le son est clair comme du cristal, et l'espace même dans lequel a été réalisée la prise de son (celui du studio) est presque identifiable devant soi. Le son multicanal ne se contente pas de fidéliser la bande-son ou de proposer des arabesques sonores sur six enceintes: il parvient aussi à capter l'espace physique nécessaire pour qu'une telle formation fonctionne. le groupe possède ainsi un poids acoustique indéniable, que l'on retrouve, au coeur même des médiums, dans cet enregistrement décidément spectaculaire. L'équilibre des voix sur les surrounds et leur modede rayonnement spatial, autour de l'auditeur, est lui aussi parfait de maîtrise, la scène sonore s'activant de manière toujours très large et optimale, rendant justice à la captation studio. Une superbe mise en scène sonore.

La piste MLP 5.1, non compressée (ou dumoins très peu), restitue toute la finesse de l'album avec dynamique et persuasion, tandis que la piste DTS 5.1 se veut légèrement plus lourde, plus cossue en basses fréquences, comme c'est d'ordinaire le cas avec les éditions de DTS Entertainment. Les matières et les textures multicanales ne reposent pas seulement sur le seul fait de l'enveloppement, mais sur la notion d'espace, de matière, de corps. Impossible, en DTS ou en MLP 5.1, de ne pas se retrouver projetté au coeur, à l'essence même du son du groupe. Le mixage multicanal réalisé par Frank Filipetti permet une identification à la musique. Ce dernier fonctionne de l'avant à l'arrière avec une même cohérence, idéal donc, pour tester la cohésion de ses enceintes. La scène arrière se déploie davantage qu'elle ne s'étale, et prolonge la clarté de l'avant avec un sens confondant de l'efficacité musicale. A l'arrière toujours, le degré de qualité de reproduction de chaque instrument/musicien est tout bonnement à couper le souffle. Lorsqu'interviennent des phases plus instrumentalisées, toute la scène sonore brille d'une épatante stabilité, d'une solidité et d'une cohérence à toute épreuve. La localisation des sources sonores virtuelles se voit facilité, ce qui a pour effet immédiat de multiplier la puissance d'évocation et le pouvoir de recouvrement spatial de la scène sonore. Définition sonore et capacités dynamiques sont plutôt massives et le degré d'intelligibilité se veut très poussé. La sensation de réalisme, de même que celle du timbre juste sont à observer en permanence, notamment lorsque débutent certaines plages dans les surround, en stéréophonie, et où même une basse possède du corps et du poids, indéniablement. En outre, la localisation spatiale est toujours grandement facilitée, ce qui permet d'imaginer la scène sonore virtuelle avec une plus grande aisance, en sublimant l'écoute au passage.

Et l'écoute est toujours très dynamique, sans suggérer de la fatigue auditive. Les formes acoustiques se renouvellent au gré des plages, et certaines touchent à une délicatesse veloutée. Les instruments et les voix sont tellement bien détachés les uns des autres que l'écoute de Together We're heavy procure une sensation d'espace et de volume difficilement qualifiable. Le mixage se voit parfaitement adapté aux sons et à la musique de cette formation musicale, et il recelle de trouvaille sans cesse remise à jour afin d'affiner, de parfaire un peu plus l'équilibre spectaculaire des écoutes. Et il y a dans cet album et son mixage comme un sentiment de liberté, un appel à la rêverie, à la danse. Une aventure multicanale qui n'est pas sans rappeler quelques notes des Moody Blues... Nous ne nous plaindrons pas des 48 Khz (fréquence d'échantillonnage) un peu légers lorsque l'on sait que l'on peut grimper à 96 Khz tant les qualités de restitution frisent la perfection et se révèlent toujours très très claires, irréprochables.

 

Note DTS
Note DTS
Note DTS
Note DTS
artistique
dynamique
fidélité
scène multicanale

Note Globale

© 2003 - Revolusound.com
. Tous les logos et diagrammes qui apparaissent sur ce site sont la propriété
unique et exclusive des marques / sociétés citées. Leur présence sur ce site n'est qu'illustrative, et n'est soumise
à aucune forme de contrat. Pour toute donnée supplémentaire sur DTS, merci de consulter
le site officiel: www.dtsonline.com.