logo




titre du film

Ce DVD-Vidéo possède une piste audio encodée en DTS 5.1 Plein Débit (1509.75 Kbps environ) sous 24 Bit et 48 Khz. La durée totale de l'album est de ? min. Le label DTS Entertainment édite ce DVD-Vidéo. Une piste son encodée en PCM Stéréo (sous 24 Bit et 48 Khz) est aussi disponible. Le packaging a été très simplifié: un surétuit très léger recouvre un boîtier CD des plus classique...

NOTEZ LA PISTE DTS:



Marie Marie
Real Rock Drive
Border Radio
Crazy Baby
Help You Dream (with The Calvanes and The Medallions)
Have Mercy Baby (with The Calvanes and The Medallions)
No Other Girl
Don't You Lie to Me
So Long Baby Goodbye
Red Headed Woman (wth Sonny Burgess)
Wandering Eye (with Billy Boy Arnold)
American Music
One Bad Stud (with The Calvanes and The Medallions)
JB Lenoir Jam
All Your Love
Flip Flop and Fly

Enregistré en live le 13 août 2003 au Galaxy Theater de Santa Ana, en Californie, USA.

Production: DTS Entertainment
Mixage 6.1: Mark Linnett
Mastered by Steve Hall
DVD produit par Jeff Levinson
Encodage DTS: Ronnie Katz
Directeur Créatif: David Del Grosso
Producteur exécutif: Jeff Skillen

Célèbre pour leurs shows gargantuesque et agressifs, le groupe s'est récemment réuni pour une célébration musicale anthologique pour les fans. Peu connu dans nos contrées, le groupe se manifeste par un son rauque, rock, très rock. Un groupe Californien qui a déjà tiré sa révérence, mais dont l'enthousiasme qu'il a toujours suscité demeure intact. A mi-chemin entre Rock, Country et Blues, les Blasters (formé par certaines légendes du rock Américain comme Phil Alvin, Dave Alvin, Bill Bateman, John Bazz et Gene Taylor), le groupe se veut une véritable explosion musicale qui n'a pas manqué de marquer son temps.

En guise de bonus, cinq chansons bonus, tout aussi fatiguantes que le reste de l'album ainsi qu'une galerie de photos (noir et blanc et couleurs).


Retour à la liste des tests »

Le Son

Cette parution de début 2005 constitue elle aussi une déception... à laquelle l'éditeur ne nous avait pas habitué. En effet, à l'écoute de cet album, de nombreux "points noirs" viennent parasiter les séances, la faute essentielle étant due à un mixage artistique quasi-inexistant, qui se contente de propulser un son rauque, froid, agressif sur tous les canaux sans la moindre subtilité acoustique... ni même une once de subtilité dans la distribution des masses sonores.

Tous les canaux sont activés, mais la répartition spatiale s'affiche de manière schématique, voire grossière. De grosses ficelles multicanales sont utilisées: le public est à l'arrière, le reste sur les autres voies, mais là où le bas blesse, c'est précisément dans la mise en espace. Les voix des chanteurs sont répercutées sur tous les canaux sans réelle mise en scène, sans effort de répartition harmonieuse ni même d'étalage de subtilité, ou si peu. Sans trop se tromper, nous pouvons évoquer un mixage "amateur" qui se contente d'employer une base multicanale sans la remplir, sans l'alimenter de manière fluide et vitale. Exercice loupé et rempli de lacunes, ce mixage en devient très vite fatiguant, voire usant. Seule la foule, solidement ancrée dans les voies arrières, déclenche des effets Stéréo arrière performants. Pour ce qui est du reste, le son demeure métallique et froid. Son envergure n'est jamais vraiment saisie et interprétée par le mixage.

La réponse en fréquence se révèle être très plate, avec un haut du spectre schématique, des zones médiums lourdes et sans saveur, et un registre grave manquant cruellement d'ampleur et de texture. Le son qui émane des diffuseurs est massif, "gras", et ne fait aucunement montre d'une quelconque subtilité dans l'étalement des plans sonores. L'acoustique proposée, au lieu de suggérer le stade ultime du mixage multicanal, ressort de manière plate, neutre, agressive. Au rang des erreurs que l'on ne souhaiterait plus entendre, citons ce manque d'intégration des différentes voies, qui se contentent de s'empiler les unes sur les autres sans aucune mesure ni aucune forme de nuance ou de subtilité. Très peu d'articulation de la scène sonore, et encore moins de solidité.

Il en ressort ce son projetté nonchalament et avec violence qui, s'il entend restotuer l'expérience d'une écoute live, ne parvient absolulent pas à restituer l'intensité scénique ni même l'émotion. Ce brouillon nébuleux se perd dans les six canaux qui lui sont offerts pour former une masse bruyante, agressive, sans saveur. Pire: les tons n'affichent aucune justesse, tout comme les timbres des instruments, masqués par un "effet de masse" qui gomme toute lisibilité acoustique, toute lecture musicale immédiate. La prise de son a du se faire en directe de la console lors du concert, puis le son multiplexé et distribué de manière pataude sur six canaux. La piste PCM Stéréo, encodée sous 24 Bit, remet un peu d'ordre dans tout ce marasme, mais affche une dynamique anémiée et éteinte en comparaison de la puissance de la piste DTS 6.1.

Au final, le mixage proposé ici offre à l'auditeur une agression sonore de premier ordre. Une belle leçon de "non savoir-faire" qui a sérieusement de quoi rebuter. Pire: l'album aurait de quoi apporter de l'eau bien fraîche aux moulins des détracteurs du son multicanal. Le seul intérêt de ce travail résiderait dans la clarté que le format DTS parvient tout de même à conserver: au coeur de cette tourmente multicanale, le son ne semble pas s'étioler ou perdre de sa verve... L'énergie dépensée par le groupe n'a pas su être captée avec suffisament d'intensité et de méthode. Prise de son et mixage plaident en ce sens coupables... D'autant plus incompréhensible que Mark Linnett, le mixeur, s'est déjà occupé du mixage 5.1 de Pet Sounds des Beach Boys. Il a aussi collaboré avec Jimmy Hendricks et sa réputation le précèderait...

Note DTS
Note DTS
Note DTS
Note DTS
artistique
dynamique
fidélité
scène multicanale

Note Globale

© 2003 - Revolusound.com
. Tous les logos et diagrammes qui apparaissent sur ce site sont la propriété
unique et exclusive des marques / sociétés citées. Leur présence sur ce site n'est qu'illustrative, et n'est soumise
à aucune forme de contrat. Pour toute donnée supplémentaire sur DTS, merci de consulter
le site officiel: www.dtsonline.com.