26 février, 2021 - 01:37
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Evénement BD-Live Warner « Harry Potter »: debrief’ à chaud

Evénement BD-Live Warner « Harry Potter »: debrief’ à chaud

Harry Potter and The Half Blood Prince


Notre soirée de Samedi était réservée depuis deux semaines… Un Samedi soir pluvieux et orageux ici, mais que nous avions décidé de passer devant notre écran, en compagnie de Daniel Radcliffe et de David Yates qui, tous deux, allaient revenir sur l’expérience Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé au travers d’un commentaire audio exclusif, réalisé depuis Londres et multidiffusé partout dans le monde, du moins chez les possesseurs d’une platine Blu-Ray proposant le support du profile 2.0, baptisée BD-Live. A signaler que d’autres événements de la sorte ont déjà eu lieu depuis environ un an, mais en raison du blocage des adresses IP, nous, Français, n’y avions en théorie pas accès. Cette session baptisée « Live Community Screening » aura en effet été la première au monde à être diffusée sur tous les territoires où le Blu-Ray du film était disponible.

 

Une fois configuré notre platine en mode « PCM » ou « Bitsream Reencode », afin de profiter du commentaire audio en direct live, nous nous connectons 17 minutes avant le début officiel du broadcast, selon les recommandations de l’éditeur. Une fois accédé à la page BD-Live du titre, depuis le menu, et l’option « Express yourself » sélectionnée, une invitation apparaît à l’écran, en Anglais. Bien entendu, l’éditeur nous avait prévenu par voie de mail que rien ne se fera en Français, sans le moindre sous-titre… A l’écran, dix minutes avant le début officiel du programme, prévu à 21:00 heure Française, un bouton « JOIN » fait son apparition, juste à côté du nom du modérateur, sous le pseudo « dradcliffe ». Une fois pressé, le film se lance, en 5.1, et peu de temps après, une voix relativement peu audible donne les dernières directives, et annonce, toutes les minutes, un compte à rebours jusqu’au début du broadcast. Le tout est relayé à l’écran dans un fenêtre de chat, qui reproduit textuellement les dires du modérateur.

 

L’heure H +6 minutes arrive. La platine s’immobilise. Le film se coupe. Ecran noir… Très peu de temps après, trois voix entonnent un « hello » collectif, matérialisant le début du broadcast. Le film démarre, la fenêtre de chat s’active. A ce moment précis, vous ne controlez plus votre platine, sauf pour passer d’une piste son à une autre, qui n’a aucune incidence sur le commentaire audio. En synchronisation parfaite avec les images que les intervenants visionnent au même moment que vous, les commentaires prennent vie. Premier regret: le metteur en scène, David Yates, est souffrant, et se voit remplacé par le producteur de ce dernier volet. Il seconde Daniel Radcliffe, et le modérateur, qui, très vote, pose aux intervenants les questions soumises par les internautes, dont on cite les pseudo et l’origine géographique. Ainsi, certaines questions provenaient des Etats-Unis, d’autres du Brésil, d’Australie, ou même de France. Le ton est détendu, les voix fort bien rendues, et l’ambiance chaleureuse. Nous avons regretté le manque de suivi entre les commentaires et ce qui se déroulait à l’écran, l’ensemble prenant très vite le rythme d’un gigantesque « questions-réponses » parfois pertinentes, parfois ridicules (la boisson préférée de l’acteur, son joueur de cricket favori…). Dix minutes plus tard, les intervenants organisent une belle promotion pour le format Blu-Ray, que Daniel Radcliffe avoue découvrir pour la première fois. Tout le monde s’étonne (et se félicite) de la technologie innovante du mode BD-Live qui permet, tout de même, de regarder un film, en direct, avec acteur et producteur.

hb-2

Au bout d’une heure, le film se met en pause. Annoncée par le modérateur, elle est aussi suivie par le téléscripteur qui propose un compte à rebours avant le retour du live. Daniel Radcliffe, visiblement enrhumé, en profite pour aller boire, s’excusant de toussoter assez bruyamment. A noter que le film est mis en pause à distance, depuis Londres, et se remet en route sitôt le signal reçu. Aucun soucis concernant la fiabilité du procédé, au sujet duquel nous avions, ne nous en cachons pas, de nombreuses craintes. Sur plus de deux heures et demie, hormis quelques micro-coupures sonores, rien n’a perturbé cette expérience unique que l’on souhaite vivement se voir reproduite plus souvent.

 

Un soucis toutefois: le niveau sonore du commentaire n’était pas assez élevé, ce qui, avec la piste 5.1 du film en arrière-plan, rendait sa compréhension très difficile par moment, voire inaudible lors des scènes les plus agitées. Mais une parade système D a été trouvée: il suffisait de switcher pour la piste son 5.1 Néerlandaise, plus basse en volume (Warner oblige…) pour retrouver un équilibre et un confort auditif plus acceptable, mais pas parfait. Aucun moyen n’a été prévu pour abaisser le son du film, et ce même si le bouton POP-UP MENU de la platine de lecture permettait de couper le son du commentaire, ou à contrario, de l’activer. Un bouton « exit » est lui aussi présent. Il permet de quitter la session, en cas de soucis technique, mais il est toujours possible de se reconnecter (comme nous en avons fait l’essai), la platine se calant automatiquement au point compteur du film diffusé à Londres. Ainsi, même si le début du programme a été raté, une connexion plus tardive est toujours possible, pour rattraper le train en marche.

 

A l’écran, des sténographes transcrivent textuellement les dires des protagonistes, avec plus ou moins de bonheur: fautes d’orthographes multiples… Il s’agit, au grand final, d’une forme de sous-titrage permettant de suivre de manière quasi-synchrone ce qui se dit. Du retard parfois, est à signaler. L’équipe a rendu hommage au travail de ces sténo, qui firent de leur mieux pour transposer des discussions souvent rapides.

 

Si ce commentaire n’apprend pas grand chose au sujet du film, il a le mérite d’être exécuté en live, sans filet, et ce de manière mondiale. Les points de vue sur certaines séquences s’enchaînent, des anecdotes de tournage fourmillent, le tout sur un ton très agréable, et épaulé par une technique très efficace. Un autre miracle d’internet, et un excellent point pour le BD-Live, souvent critiqué, à juste raison, mais qui nous aura offert ici sa plus belle illustration. Lors du générique de fin, le modérateur laisse défiler à l’écran, dans la fenêtre textuelle, des dizaines de remerciements provenant d’un peu partout: Inde, France, Yémen, Australie, Russie… Nous avons tenté de poser des questions, depuis la page web ouverte et activée pour l’occasion (adresse visible à l’écran lors de la connexion sur le BD-Live de l’événement), mais nous n’avons pas été retenu… En guise de conclusion, difficile de faire la fine bouche devant une telle réussite: sympathique dans son approche, précis dan sa réalisation, costaud sur le terrain technique… L’éditeur a su nous surprendre, et a proposé une réelle expérience interactive, qu’il nous tarde de voir reproduite. Une très agréable soirée, que nous craignions de perdre eu égard des habituelles ‘pauvres’ performances du BD-Live, mais qui s’est révélé être une révélation.

 

BD-live blu ray chronique compteareboursfilm Daniel Radcliffe DTS-Phile événement bd-live filmendirect Harry Potter internet latechnologieetlamode lisible en zone B Live community screening Londres mode-bd-live Prince de sang mêlé TOP IMAGE Warner warner-bd-live zone B

A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.
Installations Home-Cinema
Scroll To Top
WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera