27 novembre, 2020 - 00:36
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / LOVELY BONES ou l’art de l’immédiateté acoustique, en chronique Blu-Ray (avant-première)

LOVELY BONES ou l’art de l’immédiateté acoustique, en chronique Blu-Ray (avant-première)

lovely bones blu-ray review

L’histoire d’une jeune fille assassinée qui, depuis l’au-delà, observe sa famille sous le choc de sa disparition et surveille son meurtrier, ainsi que la progression de l’enquête…

 

Lovely Bones est l’adaptation du roman homonyme d’Alice Sebold, publié en 2003 et paru en France sous le titre La Nostalgie de l’Ange. Après avoir un excellent accueil critique, l’ouvrage est devenu rapidement un best-seller (plus de 3 millions d’exemplaires vendus dans le monde). C’est après l’avoir dévoré (durant le tournage du Seigneur des anneaux : les deux tours) et en avoir même pleuré que Peter Jackson a tout mis en oeuvre pour en acquérir les droits, collaborant du coup avec Film4 qui avait posé une option sur l’ouvrage. « Fran Walsh et Philippa Boyens, avec qui je travaille depuis longtemps et qui étaients fans du roman, me l’ont donné en me demandant de le lire. Tout le monde me parlait de ce livre et j’étais très curieux de savoir ce qui provoquait cet enthousiasme chez les gens. J’ai découvert une histoire extrêmement poignante et très évocatrice. A première vue, le roman parle de la plus grande peur de tous les parents, la perte d’un enfant. Mais au-delà de cela, c’est aussi une histoire sur le pouvoir rédempteur de l’amour. Et je pense que c’est pour cela qu’autant de gens ont aimé ce livre ». « Une des choses brillantes qu’Alice Sebold a réussi à faire dans son livre », ajoute Philippa Boyens, « a été de donner envie au lecteur de voir Susie s’échapper de son état intermédiaire et de voir la famille Salmon réussir à surmonter cette douleur, à dépasser la tragédie sans pour autant oublier leur amour pour Susie ».

 

Paramount éditerale film au format Blu-Ray (zone A) le 20 avril. A cette occasion, l’éditeur confirme la présence d’une piste son encodée en DTS-HD Master Audio 5.1 (version originale only), au sujet de laquelle nous pouvons aujourd’hui nous exprimer. Surtout lorsque l’on sait l’attachement du cinéaste à l’univers acoustique de ses oeuvres filmiques. Le master image bénéficie, bien entendu, de 1080p, et se voit présenté au format Scope 2.35. Il est à noter que certains plans du film ont été tournés à l’aide de la caméra HD « Red », dont les résultats visuels continuent de surprendre au fil des sorties.

 

Les suppléments, pour leur part, proposent un documentaire « Filming the Lovely Bones ». Constitué de 15 segments, ce journal de production, plutôt étoffé, suit la totalité du tournage, jusqu’à la post-production.

 

Cette chronique Blu-Ray, présentée en avant-première, concerne l’édition zone A (Paramount), lisible en zone B. Notre édition Française sera en tout points identique, mais sortira à la vente courant juin 2010.

 

 

IMAGE

Dès l’entame du film, nous n’avons pu être que saisi par le caractère profondément argentique de l’ensemble, qui accuse une superbe dynamique vidéo, tout en préservant un degré poussé de définition, naturel. Très à l’aise, le master saisit par la justesse de sa température colorimétrique: les tons ocres, chauds, baignent littéralement le film dans un lac de douceur et de chaleur. Les tons primaires se montrent des plus développés, même si les ambiances visuelles ont été filtrées et étalonnées en post-production afin de préserver un cachet seventies, qui passe admirablement bien à l’écran. Dans l’ensemble, il s’agit là d’un pressage redoutablement cinéma, qui jamais ne faillit à délivrer un concentré de plans audacieux, inventifs, créatifs, mettant habillement en scène les innombrable changements de focales et les cadrages souvent incroyables du cinéaste, qui retrouve, l’espace de quelques plans, son inspiration visuelle et sa dynamique plastique à l’oeuvre sur Créatures Célestes.

 

Lovely Bones blu-ray review

 

SON

diapason-argentDifficile, très difficile il sera de conserver le sens des mesures pour évoquer ce mixage lumineux, puissamment  évocateur, et magnifiquement harmonique. Premier coup de coeur de la rédaction pour cette année 2010, la bande-son du film de Jackson s’impose en effet comme une référence sur tous les terrains. A commencer par le rendu impactant et déliés des dialogues, qui transpercent littéralement l’arc frontal, offrant un réalisme scénique et une puissance dramatique très loin de ce qu’il est coutume d’entendre. Voix offs et dialogues accusent une dynamique et une présence, une hauteur et un sens de la précision qui laissent sur le carreau. Il en sera de même pour l’intégralité de la scène frontale: armée d’une dynamique stupéfiante, d’une réalisme ad hoc et d’une largeur scénique mirifique, difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Le codec DTS-HD Master Audio réalise ici des merveilles, octroyant au film un renfort et un surcroît de réalisme acoustique à tel point qu’il y est presque possible de ressentir le poids des sons. Solide, détaillée, somptueusement spatialisée, la scène sonore s’ouvre de manière permanente, assistée en cela par un recours à la scène arrière qui frôle l’anthologique absolu: sans jamais exagérer, les enceintes arrières prennent vie et s’imposent dès les premiers instants via une dyanmique effarante, une précision au scalpel aiguisé, et une immédiateté d’une netteté stupéfiante. Le pouvoir de recouvrement y est optimal, ainsi que la mobilité des sons dans l’espace. Rarement, depuis un certain temps, nous avions assisté à tel spectacle acoustique: la justesse de l’ensemble permet habillement de mettre en scène les instants les plus lyriques, au même titre que les scènes plus dialoguées, qui, toutes, bénéficient de cette même netteté, de cette immanquable transparence qui transporte les sens.


Sur le terrain créatif, le mixage et le montage donnent libre court à des élans sonores et acoustiques qui accumulent ambiances pétrifiantes, immersives et veloutées, et effets choc, dynamisant le rendu et lui octroyant une activité sonore volcanique, pour ne pas dire magmatique. Rares sont les scènes qui ne profitent pas de la même qualité de spatialisation. Le renfort acoustique apporté parla scène arrière se montre lumineux et évanescent  la fois, distillant de ci de là une myriade d’effets sous forme de présences spectrales aussi diverses que variées, concrètes ou volontairement abstraites. Il en résulte une ribambelle de sonorités parfois agressives, parfois d’une mémorable subtilité, qui hantent et habitent l’intégralité des enceintes, sans le moindre affaiblissement spectral. La dynamique sait se montrer terrassante et patente. L’ensemble de cette bande-son atteint un niveau d’équilibre et de clarté tels qu’il nous est impossible de ne pas lui décerner un « Diapason d’Or ». Une prouesse technique et esthétique, qui associe savoir-faire et finesse du rendu, exigence et créativité libérée.

lovely-bones-2010-4430-1636007004

Nombreux sont les morceaux de bravoure, difficiles à évoquer avec de simples termes. La séquence incroyable du meurtre souterrain, véritable maelström de sons quasi-visuels (audio-visiogènes), les innombrables visions de l’au delà, ou plutôt de l’entre deux, qui laissent libre court à un déferlement de décibels ainsi qu’à une couverture de l’espace sonore richement texturée et d’une ampleur colossale, ou bien encore ce silence « assourdissant » situé vers la fin de l’intrigue, et qui correspond à l’arrivée dans le dernier acte. Massive et détaillée, physique et sensorielle, cette bande-son invite à des visions sonores, et se pose en symbiose parfaite des images acérées et vives du cinéaste. Le trait d’union entre les images et les sons s’y montre optimal. La précision du rendu, associé à l’immédiateté acoustique de chaque événement à l’écran crée ce rare sentiment d’assister à un spectacle effervescent et rigoureux à la fois, qui transporte sans assourdir, et emporte avec délectation. Véritablement diégétique voire narratologique, la bande-son du film propose une réexploitation totale du potentiel dramatique de ce film exceptionnel, qui atteste de la créativité légendaire de Peter Jackson, ici au meilleur de sa forme. Fond et forme, justement, cohabitent sur le plan spatio-temporel des images, qui décrivent des trajectoires horizontales, tandis que l’univers acoustique dans son entier élève l’ensemble sur un axe vertical, vers des sommets de subtilité et de présence, capable des plus grands écarts. Entièrement mixée et montée en Nouvelle Zélande, comme ce fut le cas sur la trilogie du Seigneur des Anneaux, la bande-son a été supervisée par Jackson en personne.

lovely-bones-2010-4430-1897009380

Au réalisme frappant de la scène arrière, ainsi qu’à son activité spectrale et acoustique, s’ajoute un canal de sous-grave d’un dimensionnement exceptionnel: descentes effarantes, dynamique léchée et profondeur sidérante, le registre graver dans son intégralité bénéficie de ce même effort de créativité, de cette même rigueur expressive, de cette même netteté spatiale, de cette même immédiateté, et de ces mêmes principes de méthode qui transforment les données techniques en objets artistiques. Ne pas hésiter à monter le volume global pour encore plus profiter de ces arabesques acoustiques, et dans le but d’encore mieux mettre en évidence ce nappage sonore, cette scène sonore si franche et nette, cette imédiateté réaliste et irréelle à la fois. Que dire de la musique suave et indescriptible de Brian Eno? Avec ses relents symphoniques calmes mais puissamment lyriques d’une autre production ayant bénéficié d’un soin sonore de premier ordre (The Jacket), sur laquelle Eno a aussi composé la partition, la bande-originale de The Lovely Bones présente des nappes musicales qui envahissent l’espace sonore, en accord parfait avec les images.

 

En conjuguant le concret et l’abstrait dans un même mouvement cinégénique, le travail sonore réalisé sur le film emporte l’adhésion la plus totale des spectateurs, laissant percevoir puis clairement « voir » ce que ressentent les personnages, au niveau acoustique. Chaque lieu, réel ou irréel, bénéficie de sa propre couverture sonore, de son propre réalisme projeté au coeur de 5.1 canaux. Une immersion revigorante, une pertinence quasi-acerbe, une activité sonore et spatiale permanente (des ambiances incroyables sont distillées de ci de là)… Un remplissement sonore de l’espace tracé au rasoir, doublé d’une prouesse de justesse et de clarté expressive, magnifiée, illuminée et re-mise en scène par le son numérique non compressé, ici pleinement à l’oeuvre dans son art de la nuance, dans sa préservation de chaque micro-respiration, de chaque recoin sonore. Au bas mot, il s’agit d’un monument acoustique, qui compose, sans le moindre doute, l’une des plus belles perspectives sonores qu’il nous a été de vivre depuis de très longs mois…

 

Toute la puissance du son numérique… toute la netteté et la perfection du cristal. Est-il besoin de préciser que l’écoute en VO s’impose totalement ?

 

 

evaluation

Note image Note Image
Note DTS Note DTS
Note mixage Note mixage
Note dynamique Note dynamique
Note scene arriere Note scene arriere
Note dimension Note dimension
Note interactivite Note interactivite
Note globale Note globale
Note interet du blu-ray Note interet du blu-ray
1080p 24 bit art-de-limmediatete blu ray blu-ray review Brian Eno chronique cinebox DTS-HD Master Audio 5.1 DTS-Phile français hd lisible en zone B Lovely Bones lovelybones musiques-lovely-bones nappage-sonore Paramount Peter Jackson review stéphane roger test test blu-ray TOP IMAGE TOP SON zone A

A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.
Installations Home-Cinema
Scroll To Top
WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera