21 octobre, 2020 - 11:57
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / LE MAC: Test Blu-Ray

LE MAC: Test Blu-Ray

SYNOPSIS

Le jour où les flics sont venus me chercher dans ma banque, pour m’apprendre que j’avais un frère jumeau, qui plus est un mac, et que j’avais 30 sec pour répondre à leur deal :20 ans de taule ou un mois dans la peau de mon frère, j’ai mis 15 sec pour endosser son costard de mac.

le mac blu ray


DOSSIER DE PRESSE

Après une série de films sérieux depuis quelques années ( Le Couperet, G.A.L, Pars vite et reviens tard) il semble que seul Thomas Langmann ramène José Garcia vers la comédie. Producteur et scénariste pour Le Boulet et Astérix aux jeux olympiques, il retrouve son double statut avec Le Mac. La recette miracle pour attirer son acteur fétiche ? Rien d’étonnant en tout cas quand on sait que l’idée originale du scénario vient de Thomas Gilou, réalisateur de La Vérité si j’mens, qui avait révélé le comédien au grand public.

Pascal Bourdiaux, réalisateur du film, qui a longtemps dirigé des épisodes de « Un gars, une fille» a également fait venirArsène Mosca, personnage récurrent de la série. Arsène Moscane sera pas en terrain inconnu, puisqu’il avait déjà croisé José Garcia sur le tournage de Astérix aux jeux olympiques.

José Garcia retrouve enfin Gilbert Melki, avec lequel il n’avait pas travaillé depuis La Vérité Si J’mens 2. Il renoue également sur l’affiche avec un accoutrement qui avait déjà marqué les spectateurs du Boulet : une sorte de peignoir/robe de chambre improbable qui ne semble pas l’entraver dans les scènes d’action.

Le casting comporte deux comédiens aux trajectoires singulières. Jo Prestia et Doudou Masta n’ont pas toujours été devant la caméra en tant qu’interprètes : le premier est un ancien champion de sport de combat (muay thai) et le second un ancien rappeur. Un second round pour les deux hommes qui étaient déjà réunis pour La Horde.

Ce n’est pas la première fois qu’une comédie s’appuie sur une resssemblance inattendue entre deux personnages que tout oppose. Il s’agit d’un ressort presque classique. On se souvient notamment des Visiteurs et leurs quiproquos engendrés par la ressemblance entre Jacquouille et Jacquart, tous deux joués par Christian Clavier. Dans Grosse Fatigue,Michel Blanc devait lui aussi éviter les ennuis causés par un sosie malveillant, et dans Le Siffleur, François Berléands’invente un jumeau dur à cuire. Même outre-atlantique, ce genre d’intrigue a déjà été porté à l’écran : dans Président d’un jour, un simple citoyen doit remplacer au pied levé le président, dont il est le portrait craché.

Le tournage n’a pas été de tout repos pour José Garcia ! L’acteur a dû prendre des leçons de danse pour le rôle. Les quelques extraits du making off montrent que l’entraînement a pour le moins été intensif. Mais le résultat est là : dans la scène du night club, on peut voir un mac déchaîné qui s’en donne à cœur joie sur la piste de danse…


Breton de coeur et d’origine, nomade de fait, tenté par la médecine,
journaliste par passion, voyageur et observateur par curiosité, Nicolas
Hulot aime rappeler qu’il «n’est pas né écologiste, mais qu’il l’est
devenu». Son parcours, semé de découvertes, d’expériences et de
rencontres qui l’ont mené d’un bout à l’autre du globe, a petit à petit
forgé son combat pour l’écologie et plus largement en faveur d’une
approche plus humaniste du monde.
Après quelques mois passés en fac de médecine, il exerce plusieurs petits
boulots et découvre la photo. Göksin Sipahioglu, créateur de l’agence
SIPA presse lui fait confiance ; Nicolas Hulot fait du photoreportage son
premier métier. Il parcourt ainsi le monde durant 5 ans et est témoin
de faits nationaux et internationaux marquants, notamment en Afrique
Australe ou en Afrique du Sud avec les événements qui ont précédé la fin
de l’apartheid. La photo l’amène naturellement à s’intéresser à la presse
écrite et parlée, et il a l’opportunité d’entrer à France Inter. De 1978 à
1987, il sera journaliste et producteur de plusieurs émissions. Il innove
dans les méthodes de reportages, se faisant acteur d’aventures qu’il
fait vivre en direct à ses auditeurs. C’est ainsi qu’il relève certains défis
comme la descente du Zambèze à la pagaie ou se pose au pôle Nord
géographique avec le 1er aéronef monomoteur. En 1987, le hasard de
la vie le mène à l’audiovisuel, chez TF1. Une simple expérience qui ne
devait durer que quelques mois, et qui se transforme en une véritable
tranche de vie. Depuis 22 ans, Nicolas Hulot a successivement été
producteur et présentateur des émissions «Ushuaïa, le magazine de
l’Extrême» (1987-1995), «Opération Okavango» (1996-1997) et enfin
«Ushuaïa Nature» (depuis 1998).

image2

blue-dot CODEC VIDEO: AVC
blue-dot 1080p
blue-dot FORMAT: 2.35:1
blue-dot Fox (France), disponibilité: 06 juillet 2010

le mac blu ray

Globalement, cette édition HD délivre un rendu visuel chatoyant (colorimétrie somptueuse et relevée, aux cadres remarquables), offrant des images denses et piquées, bien souvent hautement détaillées. Un léger grain argentique habille l’ensemble, apportant une gamme de textures fort agréables. L’encodage se montre en tout points solide. La profondeur de champ, associée à un degré de définition poussé, offrent un rendu proche de l’exemplaire, loin de tout lissage ou de compromission. Excellent niveau des noirs également, aidé en cela par des contrastes saisissants. Dans l’ensemble, cette édition procure de fort agréables sensations visuelles, qui ne sont pas étrangères au cadrage Scope idéalement mis en lumière par cette édition Blu-Ray qui frôle la perfection.


 

son2

blue-dot DTS-HD Master Audio 5.1: Français
blue-dot 24 Bit, 48 Khz 
blue-dot OFFSET: aucun

le mac blu ray

Si l’essentiel du spectacle se déroule sur la façade avant, délaissant d’occasionnels éclats que l’on aurait apprécié entendre émaner de derrière l’installation, la bande-son ne manque aucunement de rigueur ou de franchise. Mieux: elle offre de multiples points d’accès acoustiques, et se montre très ouverte en termes de spatialisation et de dynamique. Les dialogues savoureux occupent le centre de la scène frontale, et profitent d’un rendu dynamique et ‘immédiat’. Le volume de ces éclats de voix se montre flatteur, étalonné avec soin. Les différentes ambiances musicales (ambiances, boites de nuit…)profitent elles aussi d’une ouverture stéréophonique du champ sonore plus marquée que sur d’autres productions du même acabit. Le canal de renfort de graves affiche une fine dextérité, et sert tout à la fois à amplifier un rendu souvent dynamique, ou à parfaire le poids acoustique de certains lieux (parking souterrain vers la fin du métrage). La réponse en fréquence, pour sa part, se montre libre et libérée de toute entrave compressive, quelque soit la zone du spectre audible.

 

Il en résulte un son aux aspects clairs (pour ne pas dire ‘éclaircis’), libre, détouré avec soin, et armé d’une solide définition acoustique. Le sound design se montre pour sa part plutôt réjouissant: en ne recentrant pas l’ensemble essentiellement sur les dialogues, le film se trouve rapidement une autre vision sonore: bruits ambiants, définition des lieux, extensions des espaces naturels… . Un ensemble qui respire, agit et vit, amplifié et vitaminé par le codec DTS-HD Master Audio 5.1 qui octroie tour à tour une dynamique quasi-incendiaire à la scène frontale (réalisme audio très travaillé et immédiateté certaine), et un pouvoir de définition réaliste et solide, fort et patent. Une certaine richesse expressive s’empare de ce long-métrage, qui s’offre un rendu luxueux mettant clairement en avant le soin apporté à la conception sonore de cette comédie endiablée pour laquelle l’aspect audio a été intégré avec rigueur et vigueur (sens du rythme, relances régulières du tempo via des effets tonitruants ou irruptions brutales de titres musicaux pop…). A l’exception d’une scène arrière fort secondaire, reléguée à l’arrière-plan, peu porteuse et finalement anecdotique, l’ensemble séduit par sa franchise et son pouvoir d’évocation, frais et pétillant, qui n’est pas étranger au sentiment de feel-good que dégage le film.

 


interactivite

  • Making of (27 minutes environ)
  • Le mac en six leçons
  • « Le mac vu par »
  • Bêtisier
  • Bande-annonce


evaluation

Note image Note Image
Note DTS Note DTS
Note mixage Note mixage
Note dynamique Note dynamique
Note scene arriere Note scene arriere
Note dimension Note dimension
Note interactivite Note interactivite
Note globale Note globale
Note interet du blu-ray Note interet du blu-ray



%c3%a9manerd%c3%a9finition 1 1080p 24 bit blu ray chronique DTS-HD Master Audio 5.1 dts-hd-mac DTS-Phile dvd-ushuaia-le-magazine-de-lextreme extrait-audio-encode-en-dolby-dts-hd-master-audio-mac hd josé garcia jose-garcia-le-mac jose-garcia-qui-danse josegarciaavatar josegarcialemag josegarcialemagfoto lapartheidd%c3%a9finition le mac le-mac-%d0%ba%d0%b0%d1%80%d1%82%d0%b8%d0%bd%d0%ba%d0%b8 le-mac-%d1%84%d0%be%d1%82%d0%be lemac lemac2010 lemacfoto lemacpictures lisible en zone B mac-dts misasecai pieds-accoustiques-pour-hommes-cinema rendu-dynamique-avatar siffleurjos%c3%a9garcia Sound design test-dvd-pars-vite TOP IMAGE transformerphotoargentiquehauter%c3%a9solution universal zone B

A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.
Installations Home-Cinema
Scroll To Top
WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera