16 janvier, 2021 - 04:28
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / LES PLEINS POUVOIRS: Test Blu-Ray (express)
LES PLEINS POUVOIRS: Test Blu-Ray (express)

LES PLEINS POUVOIRS: Test Blu-Ray (express)

Plutôt méconnu du grand public, véritable succès critique lors de sa sortie en 1997, Absolute Power, brillamment mis en scène par Eastwood, se voit édité en zone A (Warner), et très récemment dans notre zone B. Dépourvue du moindre supplément, cette édition propose une fort belle piste son encodée, contre toute attente, en DTS-HD Master Audio 5.1, sous 24 Bit, et avec un bitrate audio non négligeable de 4069 Kbps en moyenne. Nous connaissons fort bien ce film étonnant, long, méditatif parfois, mais profondément abouti, sorte de thriller amplifié nimbé d’une dimension politique et morale surprenante, pour ce qu’il est (les Cahiers du Cinéma le considéraient à l’époque comme une oeuvre magistrale), mais aussi pour sa bande-son au mixage étincelant. Il a d’ailleurs constitué notre second achat au format Laserdisc AC3 en son temps. Et si la piste Dolby Digital (384 Kbps) qu’il contenait à l’époque ne rivalisera jamais avec une piste son proposée en DTS-HD Master Audio de nos jours, elle mettait déjà en lumière un mixage savamment composé, très animé sur l’arrière (jusque dans la superbe musique de Lennie Niehaus, ancien grand collaborateur du cinéaste avant que ce ne soit lui qui compose intégralement les partitions des bande-originales de ses oeuvres), subtilement mis en espace dans ses moindres séquences, et pas uniquement lors des plus agitées. Des heures passées à écouter ce qui, à l’époque toujours, constituait la découverte de la révolution « 5.1 » (en 1997) nous ont permis de connaître tous les détails de ce film très délicat, et d’en apprécier la finesse des gestes de mise en scène, au cadre, et au son. Une excellente nouvelle donc que cette réédition, d’autant que le film est très peu (pour ne pas dire jamais) télédiffusé. Une aubaine de le (re)découvrir, à tout petit prix.

 

IMAGE

blue-dot CODEC VIDEO: VC-1
blue-dot 1080p
blue-dot FORMAT: 2.35:1 
blue-dot Warner Bros (Blu Line), prix de vente maximum conseillé: 15€

Si les toutes premières séquences laissent craindre le pire (effet VHS très voyant), la suite s’améliore nettement, offrant au film une parure visuelle inédite. La saturation des couleurs se montre parfois très poussée, mais cette saveur visuelle est conforme à nos souvenirs de la diffusion en salle. La définition et le piqué se montre globalement très réussis, notamment lors des séquences en extérieurs. Les contrastes, de bon aloi, permettent une lisibilité optimale, et il en sera de même pour la luminosité, subtilement ajustée, avec quelques effets « vignette » sur de rares plans, en bord cadre. La compression se montre à la hauteur, sans accroc, et l’ensemble respire bon l’argentique. Que dire si ce n’est que la magnifique photo de Jack N. Green se montre brillamment restituée, et que la mise en scène du maître ne cesse d’en imposer, via des images retapées, sans avoir été remastérisées complètement. Pour un titre de fin de catalogue, le résultat émerveillera par la finesse de sa restitution et par les subtiles textures qui habitent chaque plan. A n’en point douter.

absolute power blu-ray

SON

blue-dot DTS-HD Master Audio 5.1: Français & Français etc… Dolby Digital 5.1 (-4dB)
blue-dot 24 Bit, 48 Khz, 4096 Kbps
blue-dot OFFSET: n/a

Le rendu acoustique s’affranchit enfin des affres de la compression qu’imposait l’éditeur à ses pistes Dolby Digital anémiques lors de l’ère du DVD. La précédente incarnation vidéo du film, sur DVD, ne profitait que très rarement du potentiel du son multicanaux, et, pire, disposait d’une scène sonore sourde et éteinte, compressée sur le terrain de la dynamique. La piste DTS-HD Master Audio offerte ici corrige très nettement et favorablement le tir, octroyant au film et à son mixage un fort supplément d’âme pour ce qui est de ses vertus dynamiques. Ainsi, la spatialisation frontale s’étaye de manière spectaculaire et perce enfin la surface des enceintes. Dans son grand ensemble, le son s’y affiche plus véloce, plus volumineux, plus rapide et plus réaliste, avec davantage de textures sonores et de force vive sur le terrain acoustique. L’intelligibilité prime et domine avant tout, ainsi que la section des graves.

 

Les séquences clé du film (le cambriolage et la fuite de Luther-Eastwood) bénéficient d’une netteté spatiale et d’une propreté fréquentielle qui octroient à la superbe partition de Lennie Niehaus une dynamique et une puissance expressive insoupçonnée jusqu’alors. Les graves sont présents, avec quelques descentes brèves mais sensibles,et l’ensemble du spectre audible réagit aux sollicitations des appuis orchestraux de Niehaus. La scène arrière, plutôt secondaire, existe bel et bien, jusque dans la reproduction de l’orchestre. Les mutliples ambiances urbaines y gagnent en présence ainsi qu’en dimension spatiale. Du reste, la dynamique se voit totalement réinvestie par rapport à l’édition Laserdisc, atteignant ici des petits sommets de vivacité énergique. Quant aux dialogues, leur reproduction se montre très claire, ouverte, ne souffrant d’aucun soucis d’intelligibilité. Ils se voient armés d’une clarté d’écoute et d’une vigueur qui dépasse souvent, et allègrement, nombre de productions contemporaines…

 

La séquence du café « Alonzo » bénéficie de superbes textures sonores, où graves et sous-graves cohabitent avec un haut du spectre délié, naturel, ne versant jamais dans l’artifice, et suggérant un remplissement opportun de la scène sonore. La clarté du son, pourtant très peu remasterisé, y est lisible de bout en bout, et le surcroît de clarté qu’offrent les 24 Bit de profondeur de signal, ainsi que le choix du son numérique non compressé, se montrent optimaux, proposant des résultats audibles dès l’entame du film, qui y gagne considérablement ne ouverture du champ sonore, en chaleur et en transparence. Un résultat qui, globalement, nous a émerveillé, et aura su nous accompagner intelligemment et finement dans la redécouverte de ce film subtilement réussi. Très chaudement recommandé.

INTERACTIVITE

  • Totalement absente…
NOTE IMAGE         
NOTE SON                   
NOTE MIXAGE         
DYNAMIQUE          
DIMENSION 5.1          
SCENE ARRIERE        
INTERACTIVITE           

 

NOTE FINALE Blu-Ray       

Notes du disque

:

1080p 24 bit Absolute power blu ray blu-ray-pouvoir bluray-24-bit bluray-24bit chronique critique-blu-ray-les-pleins-pouvoirs dts-bande-son-test DTS-HD Master Audio 5.1 DTS-Phile Eastwood français hd hts l%27armefatalebluraycoffret les pleins pouvoirs les-pleins-pouvoirs-blu-ray-test les-pleins-pouvoirs-test-blu-ray lisible en zone B musique-lennie-niehaus-les-pleins-pouvoirs seinsunefemme stéphane roger test blu-ray test-blu-ray-les-pleins-pouvoirs test-blu-ray-pleins-pouvoirs test-blue-ray-les-pleins-pouvoirs test-bluray-les-pleins-pouvoirs test-bluray-top-video Warner warner-blu-line-seigneur-des-anneaux zone A zone B

A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.
Installations Home-Cinema
Scroll To Top
WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera