14 octobre, 2015 - 17:00
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / La trilogie JURASSIC PARK en Haute-Définition
La trilogie JURASSIC PARK en Haute-Définition

La trilogie JURASSIC PARK en Haute-Définition

Nous venons tout juste de débuter nos chroniques du coffret Jurassic Park, paru depuis le 25 octobre dernier, et qui propose, sur trois disques, l’intégralité de la saga créée par Steven Spielberg. Est-il besoin de rappeller que le premier film, sorti en salles en 1993, fut le tout premier à employer le codec DTS (en salles) ? Jusqu’alors plutôt malmené en vidéo, selon nous, ce coffret vient combler des manques cruels qui, jusqu’à aujourd’hui, handicapaient l’expérience audio-vidéo de cette saga. Seuls les Laserdiscs NTSC, publiés dans les années 90, et rares déjà en leurs temps, proposaient les films au format DTS plein débit. Lorsque les éditions DVD virent le jours, en 2001-2002, le premier opus fut victime de deux injustices: une présentation en DTS 5.1 mi débit (754.75 kbps), format ‘écourté’ en vogue pour économise de l’espace-disque (et toujours employé sur certaines éditions Blu-Ray, dont celle-ci), et un soucis identifié et reconnu par Universal, au niveau du rendu du canal de graves. Celui-ci avait été revu à la baisse, laissant un rendu maussade, incomplet et décevant. Une réédition de ce premier film avait été propagéé par l’éditeur aux Etats-Unis, et il fut également très difficile de se le procurer.

 
 

Différentes choses n’allaient donc pas vraiment. Jusqu’à aujourd’hui, puisque son éditeur historique le propose en enfin en Haute Définition, avec des pistes son remaniées (elles ont bénéficié d’un lifting vers le format 7.1), mais surtout proposées en DTS-HD Master Audio, sans la moindre perte compressive. Sur les eux premiers opus, la redécouverte se montre totale et absolue: plus aucun soucis de graves, des canaux libérés et puissamment évocateurs, une dynamique enfin monstrueuse, et une finesse du rendu acoustique qui remet en place quantité de long-métrages sortis récemment. Seul le troisième volet, au mixage peu inspiré, peine à convaincre. Mais quoi qu’il en soit, c’est à une redécouverte vertueuse que nous vous convions, tant les qualités acoustiques laissent sur le carreau.

 
 

Il n’en sera pas tout à fait de même pour la section image. Si elle demeure pleinement revue à la hausse, elle ne pourra guère aller plus loin que « satisfaisante » en raison de l’absence de restauration poussée. Néanmoins, l’ensemble jouit de très solides prestations. Les suppléments inédits, produits par Laurent Bouzereau, se montrent certes très courts, mais suffisants pour se replonger dans la créativité débordante des années 90, avec des témoignages récents, et des interviews pertinentes. Le reste des suppléments reprend trait pour trait le contenu des éditions DVD antérieures.

 
 

Nos chroniques sont en cours de publications, avec, pour inaugurer ce cycle « Spielberg 90 », le test complet du troisième opus, de loin le plus anecdotique artistiquement et techniquement.

 

coffret-blu-ray-jurassic-park coffret-dvd-robocop coffret-jurassic coffret-jurassic-park coffret-jurassic-park-3d coffretjurassicpark dts-hd-master-audio dts-jurassic-park frisson-definition httpwww-dts-phile-comwordpress201110la-trilogie-jurassic-park-en-haute-definition jurassic park jurassic-park-coffret jurassic-park-coffret-dvd jurassic-park-test-bluray-trilogie la-trilogie-du-park-jurassic-film le-cercle-des-potes-disparus robocop SPielberg test-blu-ray-coffret-jurassic-park test-blu-ray-trilogie-jurassic-park

A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.
Installations Home-Cinema
Scroll To Top
WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera