28 février, 2024 - 23:02
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / « Public Enemies »: le Blu-Ray zone B prévu pour novembre prochain

« Public Enemies »: le Blu-Ray zone B prévu pour novembre prochain

publicenemiesÀ la fois thriller et film d’action épique, Public Enemies retrace l’affrontement de John Dillinger (Johnny Depp) avec l’as du FBI et son histoire d’amour intense avec la belle Billie Frechette (Marion Cotillard) dans l’Amérique des années 30. Un destin hors-normes puisque nul ne parviendra à l’arrêter, lui et son gang. Aucune prison ne lui résiste. Son charme et son audace font des ravages : quel Américain dépossédé n’aurait applaudi ce braqueur de banques qui s’en prenait si audacieusement au symbole haï de sa ruine ? Ce hors-la-loi ne cessait de narguer le pouvoir, multipliant les exploits les plus invraisemblables, comme leur évasion de la prison d’Etat de l’Indiana en septembre 1933. Le Bureau of Investigation devient alors une institution fédérale : le FBI. Il devient très rapidement l’ennemi public numéro 1 face à la police américaine et particulièrement face à Melvin Purvis (Christian Bale), l’un des meilleurs agents fédéraux qui le poursuit sans relâche et en fit sa cible prioritaire

La dernière réalisation en date de Michael Mann le très réussi Public Enemies est dors et déjà prévu à la vente en zone B le 24 novembre prochain chez Universal. Paré d’une bande-son exceptionnelle, le film a en outre été tourné en numérique HD, ce qui laisse augurer une édition Blu-Ray de référence. Présenté en 1080p et en CinémaScope 2.35, le film sera pourvu d’une piste DTS-HD Master Audio 5.1 (version originale), que nous attendons avec une très vive impatience. La piste Française sera pour sa part présentée en DTS 5.1 Mi Débit…

 

Les suppléments, à défaut de la présence d’un Director’s Cut, incluront:

Making-of Public Enemies
Adversaires plus vrais que nature
Interviews de Johnny Depp et Christian Bale
Documentaire sur les gangsters de légende
Commentaire audio du réalisateur
Sur la piste de Dillinger
Retour sur les lieux réels des aventures de John Dillinger
Technologie criminelle
Documentaire sur les voitures et les armes du film.

 

Nous ne manquerons pas de chroniquer ce titre en avant-première.

En voici la bande-annonce en qualité HD qui donne, déjà, un petit aperçu de la prestance visuelle du film de Mann:

 



A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.

6 commentaires

  1. Oui, je parlais surtout des présentations de la fnac là avec cette image qui semble accélèrée et qui dénature completement les films! ^^ Déjà qu’ils ne règlent pas les contrastes, la luminosité et que les écrans sont connecté au mieux en YUV…

  2. Pour revenir sur le 100Hz, il ne s’agit que d’un chassis. Ce qui est gênent, c’est les technologies de fluidité du mouvement (Motion Flow etc…) que je désactive aussi sur les films. Mais pas pour le sport ou la TNT HD, à majorité des images vidéo.

    Mais il est vrai que tout le monde ne le fait pas…

  3. Alors au temps pour moi j’ai rien dit ! 😉

  4. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai marqué « Pour peu qu’on accroche au concept c’est tout de même magnifique ». Donc là n’est pas la question.
    Je trouve que ce style de rendu ne fait absolument pas cinema. De jour ça peut aller, mais les scenes nocturnes ça passe pas je trouve. C’est comme les gens qui aiment mettre leur tv en 100hz quoi, moi je trouve que c’est insupportable. Chaqun son truc.

  5. Salut,

    Pour tes remarques sur l’image côté artistique, ce rendu DV est délibérémment choisi par le réalisateur, un choix auquel on adhère ou non mais en tout cas c’est bien voulu par M. MANN et ce n’est pas du tout quelque chose de raté ou de non maitrisé.

    Je voulais le mentionné parce que la façon dont tu en parles c’est le sentiment qui ressort.

    But no offense 😉 j’en parle juste comme ça 🙂

  6. J’avais trouvé le mixage en salle plutôt convaiquant (HDDC, VO PCM), mais j’emet tout de même bien plus de réserve sur celui présenté sur le Bluray que j’ai pu voir.
    Je vous rassure, seule une séquence m’a particulièrement fait tiquer, il s’agit de l’attaque dans les bois.
    Premièrement ce qui m’a le plus marqué est l’utilisation que je qualifierais d’abusive du canal central dans cette scène. L’ensemble des effets est centralisé sur ce canal, du coup le tout sonne assez faux avec un manque de clareté et de précision sur la scène avant et une scène arrière complètement muette (ou sont les effets de souffle, les douilles des armes?). Mann se veut réaliste dans son approche mais l’on se retrouve comme sur la scène de fin de Miami Vice avec des sons d’armes à feu peu intenses (pour avoir déjà entendu des tirs à balles réelles je peux assurer que ce son n’est pas aussi réaliste qu’on veut nous le faire croire, surtout en ce qui concerne les tirs à courte portée). C’est clairement le bruit que font des armes qui tirent à blanc, à moins de pousser le son trés fort, c’est assez peu réaliste à mon gout. Le son des impacts est lui par contre saisissant.
    Pour en revenir au mixage, le son passe d’une timide centrale à une énorme déflagration de graves et d’arrières lors de tirs au fusil à pompe. C’est assez réussi, mais en total désaccord avec le reste, un peu « too much » et peut être pas assez appuyé. La musique, elle, est bien présente, avec de jolies nuances et une belle harmonie générale.
    Pour le reste du film le son est clairement d’un autre niveau, il est ample, précis, puissant. La fusillade qui suit la scène de l’hotel, bien que trés courte n’en reste pas moins trés impressionnante, avec de trés beau rapport avants/arrières et une trés bonne utilisation des graves. Dommage que l’ensemble du film ne bénéficie pas d’un tel niveau de clareté.
    Pour ma part la fin du film présente le plus gros morceau son, lorsque Dilliger sort du cinéma. Une tension trés bien retranscrite par la musique et une composition sonore de premier ordre. Du bon boulot quoi.
    Globalement c’est donc plus que convainquant mais loin d’être parfait. A vouloir coller à un surplus de réalisme, certains passages semblent sonner moins justes que d’autres, quitte à déstabiliser le spéctateur.

    En ce qui concerne l’image c’est du Miami Vice Bis, du HD sur HD, avec un rendu documentaire assez laid dans les scènes nocturnes mais un film globalement plus regardable que Miami Vice. Mann devrait prendre exemple sur Fincher, le seul qui ait réussi à faire quelquechose de vraiment beau en HD sans avoir cet horrible sentiment de voir un film tourné en DV. Pour peu qu’on accroche au concept c’est tout de même magnifique, mais bon si le film avait été tourné en 35mm il aurait vraiment eu plus de gueule, dommage donc.

    Le film lui même est excellent, après le ratage Miami Vice et son scénario aussi vide que le jeu de ses acteurs ça fait plaisir de revoir Mann en grande forme. Le film est prenant, surtout dans se deuxieme partie, dommage que l’aspect video vienne casser l’ambiance par moment et nous faire sortir du film.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Installations Home-Cinema
Scroll To Top