29 novembre, 2022 - 11:23
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / THE GREEN HORNET: Test Blu-Ray (2D, express)

THE GREEN HORNET: Test Blu-Ray (2D, express)

Le directeur du journal Daily Sentinel se transforme la nuit en super-héros connu sous le nom de Frelon Vert. Il est secondé par Kato, l’expert en arts martiaux.


IMAGE

blue-dot CODEC VIDEO: AVC MPEG-4
blue-dot 1080p
blue-dot FORMAT: 2.40:1, disponible en 2D et 3D active
blue-dot Sony. Edition chroniquée: zone B Britannique (UK). Disque labellisé zone A,B,C.

Sans proposer des valeurs anthologiques pour ce qui est des images, ce disque s’en tire avec les honneurs, mettant en scène les images très travaillées du film de Michel Gondry. A commencer par un étalonnage global, reprenant trait pour trait les caractéristiques du film en salles, particulièrement sombre pour ce qui est de la luminosité, et disposant d’une colorimétrie majoritairement axée sur les tons ocres, orangés, ce qui, dès l’entame du film, oeuvre à créer un modèle esthétique que certains jugeront discutable, notamment pour ce qui est du rendu des visages et des tons de chair, bien souvent affublés d’une jaunisse caractérisée. Pour le reste, Sony oblige, le programme SBMV (Super Bit Mapping) annoncé sur la jaquette arrière ne déçoit aucunement. Le degré de définition oscille de convenable à remarquable, et chaque situation se voit affublée d’une réelle dimension visuelle, aux couleurs franches et tranchées. Il en sera de même pour les contrastes, aux noirs d’encre, et la profondeur de champ, souvent retravaillée puisque le film a été transcodé en 3D, notamment explosive lors des séquences de combat (final du film apocalyptique en ce sens). A signaler: le film a été tourné à l’aide de caméras réellement différentes les unes des autres. Red One (HD donc) et Phantom HD pour la majorité des scènes, et Panaflex (35mm argentique) pour d’autres séquences.

 

SON

blue-dot DTS-HD Master Audio 5.1: Anglais
blue-dot 24 Bit, 48 Khz
blue-dot OFFSET: n/a

A nouveau, le rendu sonore ne se verra jamais marqué du sceau de l’inoubliable, mais certaines séquences (tout autant que certains aspects du design sonore appliqué au film) méritent une analyse plus fine. Là où les séquences dites « calmes », excessivement dialoguées, n’activent que sporadiquement des données d’ambiance, les autres, lors des déambulations nocturnes des deux héros, proposent une réelle mise en scène qui, à force d’excès visuels, devient mise en espace. Les actions de Kato accusent une dynamique franche et marquée, tandis que la scène sonore s’ouvre enfin sur toutes les voies, de manière parfois violente mais toujours jubilatoire. Une sensation de vitesse s’installe dans la scène sonore, qui n’hésite pas à déplacer les sons dans l’espace avec folie et précision, de l’avant à l’arrière, imprimant au récit et aux images de brusques accélérations qui furent visibles en salles en 3D. Le canal de renfort de graves, dans de telles circonstances, sera un allié de poids, rajoutant assise, profondeur et dynamisme aux actions très étudiées de Kato. La précision du codec DTS-HD Master Audio ne sera jamais prise à défaut, et on remarquera avec plaisir que la réponse en fréquence n’a subi aucune modification/réégalisation sauvage (ou du moins pas plus que de raison), demeurant claire et détaillée d’un extrême du spectre à l’autre, ouverte et confortable à l’écoute. La dynamique d’ensemble surprend également en de multiples occasions, majoritairement dans les séquences d’action précitées. Au final, le réalisme reste de mise, et l’usage des capacités acoustiques d’un environnement technico-artistique 5.1 ne manqueront pas d’étonner, mais sans pour autant constituer un « must absolu ».

 

INTERACTIVITE

  • BD-Live (avec fonction Movie IQ en temps réel)
  • The Green Hornet Cutting Room”
  • A Theme featuring “The Green Hornet” for Sony PlayStation 3 (PS3)
  • “Filmmakers’ Commentary”
  • Scenes coupées (26:33 – 1080p HD)
  • “Awesoom – Gag Reel” (7:14 – 1080p HD)
  • “Trust Me – Director Michel Gondry”
  • “Writing The Green Hornet” (10:35 – 1080p HD)
  • “The Black Beauty: Rebirth of Cool” (7:17 – 1080p HD)
  • “The Stunt Family Armstrong” (7:39 – 1080p HD)
  • “Finding Kato” (6:00 – 1080p HD)
  • “The Art of Deconstruction” (14:04 – 1080p HD)

 

Note image Note Image
Note DTS Note DTS
Note mixage Note mixage
Note dynamique Note dynamique
Note scene arriere Note scene arriere
Note dimension Note dimension
Note interactivite Note interactivite
Note globale Note globale
Note interet du blu-ray Note interet du blu-ray


A propos de Stéphane Roger | Cornwall

Rédacteur en chef et créateur du site DTS-Phile.com. Cinéphile, enseignant.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Installations Home-Cinema
Scroll To Top